Paris (75)

Solal a rencontré Gad Elmaleh

Réalisation du rêve :
le 21 juillet 2015

Le théâtre antique de Vienne est à la hauteur du moment qui va arriver : la rencontre de Solal notre rêveur avec Gad ELMALEH humoriste et comédien.
C’est d’abord autour d’un verre de l’amitié qu’il faut faire baisser le stress. Quelques échanges pour faire connaissance.
Nous assistons avec la maman à un déferlement de paroles, de mimétisme et même une confidence  » moi aussi j’écris des sketch ». Alors se révèle une vraie passion pour l’artiste. Ce n’est pas seulement une rencontre c’est l’aboutissement d’une passion.
L’arrivée dans le théâtre est impressionnantes, 6 000 personnes dans les gradins et un petit espace VIP pour les invités comme nous.
Là l’agitation se ressent chez Solal. Un petit corps qui n’arrête pas de bouger sur sa chaise. Et puis un coup de téléphone de notre contacte VIP : « on y va Solal »
Et nous voilà passant devant la scène pour rejoindre les coulisses. Nous avons été les seuls à le rencontrer, c’est un moment d’intimité.
Nous sommes spectateurs d’un instant incroyable. Solal est troublé, Gad l’entour de gentillesse et d’attention. Les mots restent coincés dans la gorge de Solal, alors ce qui a été échangé au moment du repas se révèle un véritable fil conducteur de la rencontre. En l’aidant dans son questionnement, la conversation s’anime et Gad lui confie  » tu connais mon stress a moi? … Vient je vais te le montrer…  »
Il emmène notre rêveur sur les marches de l’estrade et les voilà tous deux sur la scène. Il fait encore jour et le théâtre se révèle sous sa plus grosse pression : le public.
Sur un pied d’égalité de l’émotion, Solal lui confie enfin sa passion pour l’écriture de sketchs comiques. Alors Gad tombe sous le charme de cet écrivain en herbe et lui propose de lui envoyer ses scénettes.
Cadeau merveilleux pour Solal qui sort de cette rencontre en serrant le précieux livret signé contre son cœur.
La nuit est tombée sur Vienne. Solal plane dans ses pensées, il est devenu lumineux. La tension est redescendue.
Le spectacle est inter actif et Solal s’en donne à cœur joie pour réagir car il connaît les sketches sur le bout des doigts.
Corinne BUSSY