Aisne (02)

Rodrigue est allé à la Gamescom Europe (salon de jeu vidéo)

Réalisation du rêve :
du 17 août 2016 au 20 août 2016

Après avoir quitté ses parents et son jeune frère sur le quai, Rodrigue monte dans le TGV pour la première fois.
A Paris, après un transfert entre deux gares par voiture électrique, lui permettant de découvrir quelques beaux monuments, c’est le Thalys qui l’emmène tout droit vers Cologne , en Allemagne. C’est là-bas qu’il se rend, afin de réaliser son rêve d’assister au Gamescom, premier salon européen et deuxième salon mondial des jeux vidéo.

Bruxelles, Liège, Aix la Chapelle et enfin Cologne ou la magnifique cathédrale et le Rhin accueillent Rodrigue et l’accompagnent jusqu’à son hôtel tout proche.

Dès le lendemain matin, première surprise avec le petit-déjeuner européen que Rodrigue découvre là aussi pour la première fois. Le ventre plein et deux arrêts de tram plus loin, c’est enfin l’évènement tant attendu. Des milliers de personnes se dirigent vers Lanxess Arena et ses 11 immenses pavillons dédiés à la passion de Rodrigue. Après quelques petites péripéties afin d’éviter les longues files d’attente en plein soleil, le voilà dans le saint des saints des jeux vidéo.

Ce sont d’abord des stands présentant des lunettes 3D à tester, des ordinateurs transparents au look futuriste, des simulateurs tous plus bluffant les uns que les autres de conduite automobile ou de pilotage d’avions. On peut aussi danser sur des pistes Wii et se voir sur écran, transformé en personnages fantastiques exécutant le même pas de danse. On peut s’y faire maquiller d’horribles blessures factices mais parfaitement réalistes. On peut s’y essayer à la trottinette ou aux patins à roulettes électriques. On peut y affronter ses amis au tennis de table-ballon ou dans un géant baby-foot humain. Dès le premier pavillon, Rodrigue en prend déjà plein les yeux.

Dans le deuxième hall, les boutiques regorgent de peluches en tous genres où le jaune de centaines de Pokémons domine. Des milliers de statuettes et de goodies ornent les vitrines. Des tee-shirts multicolores faisant la part belle aux logos Gamescom ou aux nombreux personnages de jeux s’étalent en hauteur sur les murs ou sur des portants. Certains stands proposent d’y rajouter son propre prénom. Rodrigue repartira avec SON tee-shirt.

De partout on croise des visiteurs déguisés à la perfection. Mario, Link, Pac-Man, Lara Croft, Sonic, Crash, Pikachu, Spiderman, Superman, Arthas, Gul’dan, Jaina pour les plus connus, rivalisent de succès auprès des amateurs de photos. Rodrigue est dans un autre monde… un monde qu’il connait bien et qu’il aime particulièrement.

Les pavillons s’enchainent les uns après les autres mais le meilleur reste à venir. Rodrigue arrive enfin sur le stand du jeu qu’il adore parmi tous les autres : BLIZZARD et son célèbre « World of Warcraft légion ».
Le stand est immense, le plus étendu de tout le salon. C’est là, précisément, que Rodrigue rêvait d’être. Et il y est. Un podium immense, 3 écrans géants, une dizaine de héros sous forme de magnifiques statues, une centaine d’ordinateurs permettant aux fans, après 2 heures de queue, de jouer une vingtaine de minutes sur la nouvelle extension non commercialisée, de nombreux animateurs, tout est là pour plonger Rodrigue au cœur de son rêve. La forte musique et les voix bioniques des films projetés vont vibrer et envoutent les spectateurs passionnés. Rodrigue rencontre Sébastien, un jeune français qui travaille dans la société depuis 11 ans. Après un échange sur les nouveautés du jeu, Rodrigue recueille des informations importantes sur l’extension et apprend qu’il pourrait y jouer chez lui plus rapidement que prévu.
Sébastien lui offre ensuite le privilège d’accéder directement à un écran et de jouer pendant presque une heure. Rodrigue vit son rêve. Le temps passe vite et arrive déjà l’heure de laisser sa place, à regret. Sébastien le raccompagne et lui remet un nouveau cadeau.

Encore une heure devant les écrans géants et le podium : deux équipes de grands spécialistes, à l’assaut d’un donjon, s’y affrontent, sous les applaudissements du public et dans une ambiance de fête.
Mais le monde réel reprend peu à peu ses droits avec la fatigue et la faim qui commencent à se manifester. Il est temps de rentrer se restaurer et se reposer.
Dès le lendemain matin, après une brève visite de la cathédrale, c’est le retour sur Paris et vers sa famille. Rodrigue, des souvenirs et des sensations plein la tête, aura tant de choses à leur raconter pour faire durer ces deux jours de rêve le plus longtemps possible.