Hautes-Pyrénées (65)

Quentin a assisté au All Star de League Of Legends à Barcelone

Réalisation du rêve :
du 08 décembre 2016 au 12 décembre 2016

Après une brève visite de Toulouse, c’est à très grande vitesse que Quentin, accompagné de son frère jumeau Abel, rejoint Barcelone. Pour l’instant l’heure est encore à la flânerie sur les grands boulevards de la capitale catalane pour rejoindre son hôtel, au pied de la colline olympique de Montjuic.
C’est là-haut que demain, il assistera dans l’immense Palau Jordi au « All Star League of Légends », Championnat Mondial de jeux vidéo.

Le lendemain matin, Quentin en profite pour déambuler sur les Ramblas, visiter le célèbre marché de la Boqueira, faire les magasins de la galerie marchande sur 4 niveaux, construite dans les arènes désaffectées, Place d’Espagne.
Vers 14h, c’est en « funicular » que les deux frères gravissent la colline. Enfin, ils y sont. Le soleil baigne les installations olympiques de 1992. Le stade, l’immense tour où brûlait la flamme, le Palau et la vue sur Barcelone, tout est somptueux. C’est au milieu de ce site que se sont réunis des centaines de fans et de passionnés. On y trouve une dizaine de stands d’animation et de jeux où l’on peut gagner des goodies. On peut s’y faire photographier au milieu de « cosplayers », amateurs déguisés en personnages de jeux ou, pour y obtenir l’écharpe souvenir indispensable, faire la queue plusieurs heures pour un selfie avec un joueur pro.

Une autre file se forme déjà pour pénétrer au sein du palais des sports. L’heure approche. En attendant, Quentin et Abel en profitent pour se restaurer. D’autres goodies sont distribués à l’entrée pour créer l’ambiance déjà surchauffée. Les secondes s’égrènent sur les 3 écrans géants, reprisent en chœur par la foule.
Cinco, cuatro, tres, dos, uno, cero…. Une clameur assourdissante couvre la voix du speaker. Quentin et son frère ne sont pas les derniers à exprimer leur joie en hurlant et gesticulant.

Deux compétitions sont prévues, l’une confrontant 2 équipes, les « ICE » en bleu et les « FIRE » en rouge, l’autre compétition opposant les joueurs en individuel. Chaque partie se déroule en plusieurs manches. Les projecteurs balaient la salle et les spectateurs de lumières ou de lasers bleus et rouges, alors que sur les écrans géants s’animent des tempêtes de neige sur la banquise ou les flammes d’un enfer d’un monde virtuel.

Les joueurs espagnols, coréens, britanniques, américains apparaissent dans leur T-shirt bleu ou rouge sous les ovations de la foule. Ils s’installent à leur pupitre, devant leur écran sur la gigantesque estrade. Après qu’ils aient choisi leur personnage pour la bataille à venir, le match commence, commenté sans cesse par les vociférations des speakers. Certains combats se terminent rapidement par KO, d’autres se prolongent pendant plus d’une heure et se gagnent « aux poings » ou par faute de combattants. La ruse et la stratégie alternent avec l’âpreté du corps à corps. Les personnages s’agitent dans tous les sens soutenus par leurs armées. Quentin a ses favoris et les soutiens avec passion, les yeux rivés sur les écrans. Les commentaires vont bon train.

Il est bientôt 23h lorsque le dernier personnage a rendu l’âme et que la foule acclame le dernier vainqueur de la journée. Il est temps pour tout le monde d’aller reprendre des forces et de se reposer.

Le lendemain matin, c’est à pied que Quentin a décidé de rejoindre le site des batailles. Aujourd’hui c’est le jour des finales individuelles. Hélas, le favori des jumeaux est éliminé en ½ finale et c’est un coréen qui remporte le trophée. Puis se déroulent un gigantesque show son et lumière pour la remise des récompenses et la fête se termine aux sons d’un grand concert Rock.

C’est en sortant du restaurant au 4ème étage des arènes, après avoir échanger leurs impressions, que Quentin et Abel ont la surprise et la joie de croiser XPEQE, leur idole espagnole, capitaine de l’équipe victorieuse dans l’après-midi. Une dernière photo souvenir en sa compagnie et les yeux de Quentin peuvent aller se refermer sur des rêves bleus et rouges. Que de choses à raconter au lycée dès demain… et puis, jouer à la maison aura une tout autre saveur désormais.